suivez-nous sur Facebook Instagram
english

Ourania

Disponible sur commande Disponibilite_info
Si ce titre est disponible à Montréal, nous le recevrons dans les 5 jours (week-ends et jours fériés exclus) et vous l’expédierons dès sa réception. Si ce titre n’est pas disponible à Montréal, la commande prendra entre 4 à 6 semaines. Si ce titre est manquant, nous ne pourrons vous l’obtenir que si une réimpression est en cours. Le délai de commande est alors incertain. La date de livraison dépend du délai d'acheminement de la poste, qui varie selon la destination. Pour une livraison au Québec, le délai habituel est de un à trois jours.

Éditeur : GALLIMARD Collection : BLANCHE Date de parution : 02 février 2006 Rayon : LITTERATURE FRANCAISE Format : Broché EAN13 / ISBN :

9782070777037

Couverture du livre Ourania - LE CLEZIO JEAN-MARIE GUSTAVE - 9782070777037
feuilleter
agrandir
Disponible sur commande Disponibilite_info
Si ce titre est disponible à Montréal, nous le recevrons dans les 5 jours (week-ends et jours fériés exclus) et vous l’expédierons dès sa réception. Si ce titre n’est pas disponible à Montréal, la commande prendra entre 4 à 6 semaines. Si ce titre est manquant, nous ne pourrons vous l’obtenir que si une réimpression est en cours. Le délai de commande est alors incertain. La date de livraison dépend du délai d'acheminement de la poste, qui varie selon la destination. Pour une livraison au Québec, le délai habituel est de un à trois jours.

Ce qu’en dit l’éditeur
«Quand j'ai compris que Mario était mort, tous les détails me sont revenus. Les gens racontaient cela en long et en large à ma grand-mère. Mario traversait le champ, un peu plus haut, à la sortie du village. Il cachait la bombe dans un sac, il courait. Peut-être qu'il s'est pris les pieds dans une motte de terre, et il est tombé. La bombe a explosé. On n'a rien retrouvé de lui. C'était merveilleux. C'était comme si Mario s'était envolé vers un autre monde, vers Ourania. Puis les années ont passé, j'ai un peu oublié. Jusqu'à ce jour, vingt ans après, où le hasard m'a réuni avec le jeune homme le plus étrange que j'aie jamais rencontré.» C'est ainsi que Daniel Sillitoe, géographe en mission au centre du Mexique, découvre, grâce à son guide Raphaël, la république idéale de Campos, en marge de la Vallée, capitale de la terre noire du Chernozem, le rêve humaniste de l'Emporio, la zone rouge qui retient prisonnière Lili de la lagune, et l'amour pour Dahlia. J.M.G. L.C. Rencontre avec J. M. G. Le Clézio, à l'occasion de la parution de Ourania (2006) Pourquoi avoir choisi comme titre le nom de la muse de l'astronomie ? J. M. G. Le Clézio — Ce nom s'est imposé a moi dès l'enfance à la suite de la lecture de Victor Duruy, je crois avoir rêve très tôt d'un lieu où pouvait se réaliser une harmonie céleste, et ce lieu ne pouvait être que le domaine d'une femme, contrairement au mythe grec. Le roman se déroule principalement dans une région bénie des dieux, la « Vallée », aujourd'hui menacée par la cupidité de ses habitants. L'homme serait-il porteur d'un « gène de la destruction », voire de l'autodestruction ? J. M. G. Le Clézio — Je n'ai pas inventé la « Vallée » — même s'il s'agit d'une transposition romanesque. J'ai habité pendant une dizaine d'années dans cette région du centre ouest mexicain, où le chernozem et la pluviosité ont permis la culture extensive de la fraise, exportée aux États-Unis, source d'une richesse incalculable pour les grands propriétaires terriens. Campos a existé, je suis allé assez souvent m'y recueillir, dans les ruines de ce que les Jésuites avaient tenté au XIXe siècle. L'Emporio a lui aussi existé, de façon sans doute moins dramatique que ce que j'ai écrit. Quant à la zone, elle est l'une des plaies du Mexique, comme de tous les pays soumis au tourisme sexuel. Les échecs de Campos et de l'Emporio, cependant, ne sont pas pour moi caractéristiques de ce lieu ni de ce pays, mais ils sont la réalité à l'échelle mondiale, comme l'est aussi la destruction de l'équilibre écologique et les flux migratoires qui se heurtent à la membrane des frontières. Vous semblez dire que toute utopie — ici Campos comme, d'une autre façon, l'Emporio ou la révolution salvadorienne — porte inévitablement en elle son futur échec. Pourtant, toujours et partout, il y a des candidats à l'utopie… J. M. G. Le Clézio — J'ai écrit Ourania en référence et dévotion au livre qui a le plus compté dans la pensée européenne du XVIe siècle, L'Utopie de Thomas More. Ce livre a été admiré, critiqué, et aujourd'hui délaissé, alors qu'il porte en lui toutes les questions et les angoisses de notre modernité. Peut- être qu'aucune époque n'a été plus proche de celle de Thomas More que la nôtre, puisque, comme en son temps, cohabitent les plus grandes aspirations humanistes et les plus grands dévoiements, l'espoir d'une fraternité universelle, et la consolidation des castes et des intolérances. Peut-on voir dans le roman une opposition entre les utopies collectives, vouées à l'échec, et les utopies individuelles, qui peuvent au contraire réussir, comme celle de Dahlia et de sa maison d'accueil ? J. M. G. Le Clézio — J'aimerais croire à l'amour comme à une valeur individuelle, seule capable de mettre en échec les systèmes de prédation et les tyrannies collectives ! Diriez-vous qu'on ne peut vivre pleinement qu'en prenant le risque de réaliser l'utopie que l'on porte en soi depuis l'enfance ? J. M. G. Le Clézio — Je voudrais renvoyer toujours à l'idée de la romancière Flanery O'Connor, pessimiste et sensible, selon laquelle, par une sorte d'intuition fulgurante, le monde et la société humaine sont perçus dans toute leur complexe violence par tout enfant quand il ouvre les yeux sur la vie qui l'entoure (c'était l'idée de Colette aussi, je crois). Dans la rigueur de l'après-guerre, après avoir eu faim et avoir été dans des bombardements, inventer un rêve de monde des sphères et des astres n'était pas une fantaisie, plutôt une nécessité… © www.gallimard.fr, 2006
Biographie
J.M.G. Le Clézio est né à Nice le 13 avril 1940; il est originaire d'une famille de Bretagne émigrée à l'Île Maurice au XVIIIe siècle. Il a poursuivi des études au Collège littéraire universitaire de Nice et est docteur en lettres. Malgré de nombreux voyages, J.M.G. Le Clézio n'a jamais cessé d'écrire depuis l'âge de sept ou huit ans : poèmes, contes, récits, nouvelles, dont aucun n'avait été publié avant Le procès verbal, son premier roman paru en septembre 1963 et qui obtint le prix Renaudot. Son œuvre compte aujourd'hui une cinquantaine d'ouvrages, parmi lesquels La Fièvre (1965), Terra Amata (1967), Désert (1980, Grand Prix Paul Morand de l'Académie française), Le Chercheur d'or (1985), Hasard (1999), L'Africain (2004), Ritournelle de la faim (2008). Le prix Nobel de littérature a été décerné à J.M.G Le Clézio en 2008.
Du même auteur
Recherche
Recherche détaillée
Catalogue
Livraison gratuite
Certificats cadeaux
Top 5 - meilleure vente
  1. Couverture du livre Dîner à Montréal - BESSON PHILIPPE - 9782260053170
    Dîner à Montréal BESSON PHILIPPE 27,95 $
  2. Couverture du livre Femme aux cheveux roux (La) - PAMUK ORHAN - 9782072720048 version électronique disponible
    Femme aux cheveux roux (La) PAMUK ORHAN 35,95 $
  3. Couverture du livre Tous, sauf moi - Melandri Francesca - 9782072781711 version électronique disponible
    Tous, sauf moi Melandri Francesca 42,95 $
  4. Couverture du livre Venise à double tour - KAUFFMANN JEAN-PAUL - 9782849905845 version électronique disponible
    Venise à double tour KAUFFMANN JEAN-PAUL 42,95 $
  5. Couverture du livre Transparence - DUGAIN MARC - 9782072797033
    Transparence DUGAIN MARC 32,95 $

Logo_gallimard_footer
Paprika
© 2001-2020 - Gallimard Montréal